Händlerlinks
Préservé et surélevé.
Une nouvelle vie pour ce bâtiment de plus de 170 ans à Graz grâce à des travaux de rénovation et l’ajout d’un étage moderne en attique.
Préservé et surélevé.
Préserver la diversité architecturale dans le paysage urbain tout en réduisant la consommation d’énergie et de ressources, les déchets et les coûts ? C’est non seulement souhaitable, mais aussi réalisable. Surtout dans un contexte urbain, où la reconversion du bâti s’avère souvent bien plus efficace que la démolition-reconstruction. L’opération n’en reste pas moins complexe, car repenser l’existant nécessite des solutions innovantes et une réflexion poussée – ne serait-ce que pour respecter les nombreuses contraintes auxquelles il est généralement soumis. Notamment en ce qui concerne les fenêtres.

Il était une fois une auberge, située en plein centre de Graz, ancienne perle de l’empire des Habsbourg. Aujourd’hui, le « Wilder Mann » existe toujours, mais l’immeuble d’apparence moderne accueille aujourd’hui des appartements et des bureaux. La partie la plus ancienne du bâtiment, dont la géométrie irrégulière suit typiquement le tracé de la rue, remonte à 1850. Au fil des années, la structure s’est progressivement agrandie en direction de la cour avec de nouvelles constructions qui sont venues se greffer à droite et à gauche, de sorte que l’édifice de quatre étages a fini par ressembler à un conglomérat anarchique d’extensions et de superstructures de hauteurs variables. Après la fermeture de l’hôtel dans les années 1980, la structure accueillit temporairement l’école de musique, puis l’Opéra de Graz qui y installa une petite scène de théâtre, profitant des deux grandes salles de quatre et six mètres de hauteur. De l’extérieur, la façade plutôt discrète ne laisse rien deviner de ce qui se trouve à l’intérieur. Quelle ne fut donc pas la surprise de l’architecte Mark Jenewein lorsqu’il découvrit, à l’occasion de sa première visite, des pièces exceptionnellement hautes de plafond.

Alors que le groupe d’investisseurs prévoyait de démanteler l’ensemble de l’immeuble pour en faire des logements, le bureau d’architecture LOVE architecture de Graz a plaidé pour le maintien des volumes d’origine. D’autant plus que, contrairement à ce qui peut exister dans les grandes villes industrielles, de telles surfaces sont plutôt rares à Graz. Jenewein : « Nous avons proposé de construire un grand attique et de conserver en l’état toutes les parties historiques dignes d’être conservées. Les investisseurs ont accepté notre proposition et le projet a pu ainsi voir le jour. » Le bâtiment aujourd’hui rénové, transformé et surélevé est réparti en quatre espaces : quatre emplacements pour des commerces et des bureaux dans les anciennes salles donnant sur la rue, trente-cinq petits logements sociaux dans le reste du bâtiment préexistant, huit appartements de luxe en attique, et quatre autres appartements de dimensions moyennes à l’étage juste en-dessous. L’étage en attique représente à lui seul 2 500 m², soit un peu moins de la moitié de la surface totale (3 900 m²). Jenewein : « Le résultat est un immeuble éclectique en plein coeur de la ville. Éclectique du point de vue de son utilisation autant que de ses habitants, car les gens qui y travaillent et qui y habitent sont très différents. Et c’est ce que doit être un immeuble de centre-ville : non pas un ensemble uniforme, mais plutôt un mélange vivant. »

La toiture de la structure en attique, qui comprend deux étages côté rue, et un étage côté cour, a fait l’objet d’une réflexion particulière. Les architectes l’ont en effet conçue de manière à ce qu’elle s’intègre discrètement dans le paysage des toits de Graz, tout en affirmant sa personnalité. Car il ne faut pas oublier que le château d’Eggenberg et la vieille ville, avec ses célèbres toits de tuiles rouges et ses pignons à gradins, sont inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO. Selon l’endroit d’où on l’observe, le toit de l’ancien « Wilder Mann » ressemble à une formation rocheuse rappelant la forme des pignons à gradins, ou à une peau organique venue recouvrir le dernier étage de l’ancien bâtiment. Dans tous les cas, l’oeil est particulièrement attiré par les grandes surfaces vitrées où se reflète le ciel. Mark Jenewein nous explique dans une interview comment et pourquoi les fenêtres Finstral ont été choisies, notamment pour la partie neuve du bâtiment.

Plus de visuels pour cette référence
Préservé et surélevé.
Vue sur les toits La construction en attique s’intègre harmonieusement dans le paysage urbain de la vieille ville de Graz.
Préservé et surélevé.
Un habitat plus lumineux Les grandes surfaces vitrées laissent entrer beaucoup de lumière naturelle dans l’espace intérieur et allègent la structure faîtière.
Les fenêtres de la construction en attique devaient-elles respecter des critères particuliers, aussi bien fonctionnels qu’esthétiques ?
Mark Jenewein : Pour un projet de grande qualité comme celui-ci, il fallait des fenêtres à la hauteur. Ne serait-ce que, banalement, pour correspondre à la valeur de vente du bien immobilier. Nous avons choisi des fenêtres Finstral parce qu’elles présentaient le meilleur rapport qualitéprix. Par ailleurs, étant donné la forme pliée du toit, nous recherchions le plus de légèreté et de transparence possibles. Un objectif que nous avons pu atteindre grâce aux grandes baies vitrées. On peut donc dire qu’elles ont largement contribué à ce résultat.

Comment parvient-on à donner une impression de légèreté à une si grande surface de toit ?
Au départ, nous avions imaginé un toit tout en verre, mais cela n’a pas été possible pour des raisons de budget. Nous avons donc opté pour une solution mixte, avec des surfaces opaques et d’autres transparentes (les surfaces vitrées). Pour les zones non transparentes, nous avons choisi un panneau semi-vitré pour l’extérieur pour simuler un rendu vitré sur l’ensemble du toit. Ainsi, si l’on regarde l’étage en attique depuis la rue, l’angle de vue fait que l’on voit les ombres et les lumières qui se reflètent sur toute la surface du toit. Il est donc difficile de déterminer au premier abord l’emplacement des fenêtres. Pour obtenir un effet le plus uniforme possible, le degré de réflexion devait être similaire. C’est pourquoi, les panneaux présentent une teinte foncée qui correspond parfaitement à celle des fenêtres. Le soir, l’illusion n’opère plus car les lumières allumées trahissent bien sûr la position des fenêtres.

Quels sont les aspects qui ont le plus compté dans le choix des fenêtres ? Le matériau, la finesse du cadre, ou autre chose peut-être ?
Il n’y a pas un aspect en particulier mais, comme toujours, un ensemble de facteurs : la qualité, le coût et les conditions techniques de mise en oeuvre. Finstral présente l’avantage de pouvoir fabriquer des fenêtres relativement légères mais très stables, avec des profils relativement fins. De plus, comme certaines hauteurs de plafond dépassent parfois les 4 mètres dans les appartements en attique, les baies vitrées sont parfois très hautes, notamment au niveau des pignons. Or, peu de fabricants sont en mesure de fournir – et de poser – des produits susceptibles de répondre à de telles exigences. D’autre part, le noyau en PVC caractéristique des fenêtres Finstral assure une meilleure tenue dans le temps. Enfin sur le plan budget, il faut dire que par rapport à d’autres fenêtres au design comparable, elles sont généralement beaucoup moins chères.

Certaines fenêtres ont été spécialement réalisées pour ce projet...
Oui, certaines étaient particulièrement hautes. Étant donné les différentes hauteurs de plafond, nous avions besoin de fenêtres de dimensions variées et donc d’un fournisseur expérimenté. Notre collaboration avec Finstral s’est ainsi très bien passée : c’est une entreprise qui peut en effet garantir un haut degré de standardisation, mais qui sait aussi se montrer extrêmement flexible grâce à ses propres capacités de production.
Préservé et surélevé.
Étagé et plié Selon la perspective, le toit ressemble à une enveloppe organique ou à une imposante formation rocheuse, allégée par les grandes surfaces vitrées et les terrasses.
Préservé et surélevé.
Vue panoramique Dans les appartements en attique, de grandes fenêtres ouvrent les pièces sur l’extérieur. Côté cour se rencontrent les parties historique et neuve du bâtiment.
Trois questions à Verena Oberrauch, directrice des ventes pour la Belgique, la Suisse et l’Autriche

Quel a été le principal défi que Finstral a dû affronter dans ce bâtiment plus que centenaire ?
Verena Oberrauch : Intervenir sur le bâti ancien est toujours un challenge. Et donc pour nous aussi en tant que fabricant de fenêtres. Chaque projet suppose aussi un travail de recherche proprement dit, et dont il y a toujours quelque chose à apprendre. Comme dans le cas du « Wilder Mann ». La solution ne s’est pas présentée toute seule, mais seulement après une longue réflexion et un examen approfondi des détails. Notre construction modulaire nous permet d’être très flexibles et de proposer une variété assez exceptionnelle de produits. C’est un vrai avantage, surtout pour les architectes. Cela nous a permis de suivre la fourniture de toutes les fenêtres de A à Z : des modèles standards dans la partie ancienne du bâtiment jusqu’aux formats réalisés sur mesure pour les grandes fenêtres de la structure en attique.

La logistique n’a pas été simple non plus...
C’est vrai, mais nous sommes habitués à travailler sur des chantiers de rénovation et à réagir en fonction de la situation. Les espaces de stockage dans le centre-ville de Graz étant très limités, il a fallu s’organiser : en accord avec la maîtrise d’oeuvre, nous avons livré les éléments de fenêtres « just in time », en fonction de l’état d’avancement des travaux. Tout a été une question de timing et d’organisation.

Quel est le secret d’une rénovation réussie ?
Il faut d’une part repenser le bâtiment pour explorer tout son potentiel et les différentes options possibles. En même temps, la démarche doit être respectueuse et valoriser l’existant. En termes de style, d’utilisation et de bilan environnemental. C’est complexe, mais très gratifiant quand on y parvient. L’expérience nous a montré que les meilleures solutions voient le jour lorsque toutes les parties prenantes travaillent dès le début dans un climat de confiance et d’étroite collaboration.

Le projet en bref Wilder Mann
  • Descriptif : densification résidentielle
  • Intervention : rénovation et reconversion d’un bâtiment existant
  • Localité : Graz, Autriche
  • Année de construction : 2017
  • Surface brute au sol : 3 900 m²
  • Partenaire Finstral : Glavassevich Wintergärtner GmbH, wintergaertner.at
  • Architectes : LOVE architecture, Graz
  • Distinctions : prix Holzbaupreis Steiermark 2017 dans la catégorie Extension urbaine de l’habitat
  • Fenêtres Finstral : éléments de fenêtres, portes, châssis fixes et ouvrants de formes spéciales, issus de toute la gamme de produits Finstral
  • Fenêtres : FIN-Project Slim-line aluminium-aluminium, FIN-Project Nova-line aluminium-aluminium, FIN-Ligna Nova-line aluminium-bois
  • Portes : FIN-Slide Step-line aluminium-aluminium, FIN-Slide Nova-line Plus aluminium-aluminium
  • Façades vitrées : FIN-Vista aluminium-aluminium


Les architectes

LOVE architecture and urbanism a été créé en 1998 par les architectes Mark Jenewein, Bernhard Schönherr et Herwig Kleinhapl à Graz. Le bureau d’architecture, qui compte une trentaine de collaborateurs, opère principalement en Europe, mais aussi en Asie. Il s’est vu décerner plusieurs prix dont l’Iconic Award, le Best Architects 15 Award ou le BIGSEE Architecture Award 2020. En 2021, il a présenté l’objet lumineux N186 à la Biennale de Venise dans le cadre de l’exposition d’archittecture « Time Space Existence ».
love-home.com

Préservé et surélevé.
1 Appartements en attique
2 Appartements
3 Logements sociaux
4 Bureaux et commerces
Préservé et surélevé.
Détails de mise en oeuvre

Structure en attique : la porte levante coulissante FIN-Slide intégrée au système modulaire de façade vitrée FIN-Vista.

1 Pose précise et élégante de l’élément coulissant dans la façade vitrée.
2 Seuil plat, facile à franchir, grâce à une légère surélévation ; facilité d’entretien et étanchéité garanties.
Vous souhaitez en savoir plus ?
Informations supplémentaires à découvrir ici.
Éloge de la normalité.
Éloge de la normalité.
Éloge de la normalité.
Depuis quelques années, l’architecture belge se distingue par des bâtiments d’une simplicité géniale. Hasard ou parti pris ?
Framing Light.
Framing Light.
Penser la lumière, penser lumineusement. Un architecte doit faire les deux. Huit questions à des architectes de toute l’Europe.
 
PageConfig.OriginalHttpReferrer: -
PageConfig.OriginalQueryString: