Händlerlinks
« Nous procédons comme un cambrioleur. »
« Nous procédons comme un cambrioleur. »
Interview à propos de la sécurité avec Robert Krippahl, ingénieur diplômé.
Entretien avec l’expert anti-effraction de l’Institut ift de Rosenheim en Allemagne. En charge des essais et des expertises de résistance à l’effraction depuis de nombreuses années à l’Institut für Fenstertechnik (ift) de Rosenheim, l’ingénieur Robert Krippahl explique comment se déroulent les tests de sécurité et sur quels points être vigilant lors du choix d’une porte d’entrée.

Comment se déroule un test de résistance à l’effraction d’une porte d’entrée ?
Les procédures de test se basent sur la méthode d’un vrai cambrioleur et sont régulièrement comparées aux expériences de la police, de sorte à pouvoir être adaptées au fil du temps. Le dégondage de la porte constituant la plus grande partie des effractions, la tentative manuelle est la principale composante d’un test de résistance à l’effraction. Il s’agit d’essayer de créer, à l’aide de différents outils, une ouverture suffisamment large pour permettre au cambrioleur de s’introduire.

Comment déterminez-vous si une porte est suffisamment résistante à l’effraction ?
Le critère d’évaluation décisif est la durée de résistance : les cambrioleurs étant toujours dans la peur d’être découverts, ils interrompent l’opération dès qu’ils ne réussissent pas. La durée de résistance varie de 3 minutes (RC2) à 20 minutes (RC6). Si durant le temps imparti aucune ouverture permettant un passage ne peut être créée, le test est considéré comme réussi. Ce que l’on appelle la chaîne de sécurité - la maçonnerie, la fixation, le cadre de la porte, les ferrages et les visseries, les panneaux de verre - a la solidité de son maillon le plus faible. C’est sur cet aspect critique que nous nous concentrons lors du test de résistance à l’effraction, nous procédons donc à la manière de cambrioleurs.

Quel niveau de sécurité recommandez-vous ? La classe de résistance RC 2 est-elle suffisante ?
L’équipement de sécurité devrait toujours être choisi en fonction de la situation spécifique et de l’évaluation du risque d’effraction. De manière générale, cela signifie la chose suivante : moins les fenêtres et les portes sont visibles depuis l’extérieur et plus les voisins sont éloignés, plus le risque est élevé. Outre les mesures dissuasives telles que les détecteurs de mouvement avec signal lumineux et sonore, la sécurité mécanique au niveau des fenêtres et des portes joue un rôle essentiel. Enfin, le choix de la classe de résistance dépend aussi du besoin de sécurité individuel, des biens, de l’assurance, de la position du bâtiment et des possibilités financières. Si vous n’êtes pas détenteur d’une toile de Picasso, la police criminelle préconise la classe RC2. La RC3 est adaptée en cas de biens de grande valeur à protéger. Les classes RC4 à RC6 sont utilisées pour les banques, les bijouteries, les bâtiments gouvernementaux et services opératifs.

Quels sont les points à prendre en compte sur le plan de la sécurité anti-effraction lors du choix d’une nouvelle porte d’entrée ?
Une porte d’entrée est l’élément le plus utilisé d’une maison. Aussi, il est tout à fait essentiel d’opter pour un produit à la fois durable et adapté à une forte fréquence d’utilisation, impliquant le recours à des matériaux, des ferrages et des serrures de grande qualité. La pose joue également un rôle essentiel dans la sécurité de l’installation, d’où la nécessité d’être réalisée uniquement par des poseurs qualifiés. Si vous exigez le label de qualité RAL ou une certification ift pour le choix de votre porte d’entrée et sa pose, vous ne risquez pas grand chose. Les certificats sont la garantie que les produits et la pose font régulièrement l’objet de contrôles externes et indépendants.
« Nous procédons comme un cambrioleur. »
Banc de test sur lequel l’Institut für Fenstertechnik (ift) de Rosenheim (Allemagne) vérifie la la résistance à l’effraction des portes d’entrée.
« Nous procédons comme un cambrioleur. »
L’ingénieur Robert Krippahl est responsable depuis de nombreuses années des essais et des expertises en matière de résistance à l’effraction à l’Institut für Fenstertechnik (ift) de Rosenheim.
Vous souhaitez en savoir plus ?
Informations supplémentaires à découvrir ici.