Händlerlinks
Beauté fonctionnelle.
Comment pense, conçoit et construit le bureau d’architecture & design FELT de Gand ? Réponse dans l’entretien avec Jasper Stevens et Karel Verstraeten.
Beauté fonctionnelle.
« Nous avons appris à toujours garder un esprit critique à l’égard de nos projets, du début à la fin. Il y a toujours une marge d’amélioration possible », affirment Jasper Stevens et Karel Verstraeten de l’agence FELT. Tous deux ont étudié l’architecture à l’université de Gand. Après des débuts chez 51N4E à Bruxelles et Wiel Arets à Rotterdam, ils se mettent à leur compte, à l’occasion du projet Behind the Curtain. Ce « lieu de retraite » récompensé dans le cadre de la Biennale Interieur de Kortrijk 2014 a marqué le début d’une série de commandes d’intérieurs et d’aménagements. Entre temps, FELT a conçu des scénographies pour des expositions à Bozar, à l’Institut d’architecture flamand, ainsi qu’au Musée M à Louvain (ainsi que sa nouvelle librairie-boutique). Jasper Stevens : « Au début, nous avons beaucoup travaillé sur des espaces d’exposition et des objets qui se trouvaient à mi-chemin entre le domaine du mobilier et l’architecture. Non pas par nécessité, mais par intérêt. C’est ce qui explique notre sensibilité particulière pour les espaces intérieurs, même dans nos projets d’architecture. »

L’école primaire du village de Zarren en Belgique en est une bonne illustration. L’accès aux neuf salles de classe et au gymnase se fait par un large couloir et un escalier sculptural en béton de couleur rose. Ces deux éléments sont bien plus qu’une simple infrastructure. Ils représentent aussi des lieux de rencontre et des espaces ludiques supplémentaires ouverts sur le gymnase et les environs. Grâce à une magnifique palette de couleurs pour les sols et les murs, et à une utilisation généreuse de la lumière naturelle, les architectes ont réussi à créer pour les élèves et les enseignants une ambiance que l’on trouve rarement dans l’architecture scolaire traditionnelle. « La fenêtre placée au fond du couloir fait toute la différence », explique Jasper Stevens, « il a fallu lutter pour l’avoir, car un couloir plus court et sans fenêtre aurait permis de réaliser une salle de classe supplémentaire. Or, c’est justement la lumière et la vue qui donnent toute sa qualité à l’espace. »

Dans le projet Villa Kameleon réalisé dans la commune belge de Zoersel, une structure d’accueil pour huit personnes souffrant de handicap, FELT a fait carrément l’impasse sur le couloir en concevant un bâtiment hexagonal au milieu d’un bois. L’édifice abrite huit studios et un espace commun distribués autour d’un hall central baigné de lumière avec – là encore – un bel escalier en spirale. Karel Verstraeten : « Chaque studio est situé à un angle de l’hexagone. Cela donne aux espaces de vie une double orientation, avec deux fenêtres et deux vues différentes sur le paysage. Une décision radicale, qui souligne encore une fois l’importance que nous accordons à la qualité de vie. »

Quelles exigences particulières doit-on respecter lors d’une commande publique, comme une école ou une maison de soins ?
Jasper Stevens et Karel Verstraeten: Il faut créer une architecture fonctionnelle, mais qui corresponde à ses propres principes. La question que nous nous posons toujours est la suivante : est-ce bien la tâche qui nous a été confiée que nous servons, ou notre propre égo ? Quand on travaille avec des deniers publics, la commande a toujours la priorité sur la création de notre propre oeuvre. Maintenant que nous avons accumulé un peu d’expérience dans ce type de projet, nous avons compris que l’un n’exclut pas l’autre en réalité. Au contraire. Fonctionnalité et beauté sont parfaitement compatibles.

Quel est l’avantage de travailler avec d’autres bureaux ?
La collaboration fait partie de notre ADN et nous permet de continuer à en apprendre tous les jours. Dès le départ, nous avons partagé un bureau avec d’autres architectes et profité des pauses déjeuner pour faire le point sur nos projets mais aussi sur les questions d’organisation et de gestion. Aujourd’hui, nous travaillons en collaboration avec d’autres agences sur certains projets. Pour le concours consacré au musée du design de Gand par exemple, nous avons travaillé avec le bureau néerlandais Monadnock et l’expérience a été très positive. L’année dernière, notre collaboration avec aNNo architecten, Endeavour et 88888 nous a permis de remporter le concours pour la rénovation, la restructuration et la reconversion de l’hôtel de ville de Louvain. Le projet est actuellement en pleine phase de réalisation. Avec OSKAR architecten, nous avons récemment gagné le concours pour la réalisation d’un nouveau campus artistique à Asse, et avec le bureau luxembourgeois 2001, nous travaillons sur un nouveau gymnase et espace de rencontre dans le quartier Peterbos à Anderlecht. Pour une jeune équipe comme la nôtre, il est important de s’associer à d’autres architectes pour pouvoir obtenir des commandes de cette envergure. Bien sûr, une collaboration sera d’autant plus durable que l’entente entre les personnes est bonne. Nous n’avons pas peur de perdre notre griffe. Dans un partenariat qui fonctionne, chacun sait où est sa place et comment accorder aussi de l’espace aux autres.
Beauté fonctionnelle.
Villa Kameleon, Zoersel (2021, FELT) Le plan hexagonal de cette maison de soins privée permet d’aménager six studios identiques au premier étage. Le rez-de-chaussée accueille deux autres studios et les espaces communs. © Stijn Bollaert
Beauté fonctionnelle.
École primaire avec gymnase, Zarren (2019, FELT) L’escalier sculptural en béton rose est le point de rencontre central de l’établissement qui relie les couloirs des salles de classe au gymnase et à la cafétéria. © Stijn Bollaert
Beauté fonctionnelle.
Rendez-vous au Studio Finstral de Bruxelles : Lisa De Visscher, rédactrice en chef du magazine d’architecture belge A+, et Verena Oberrauch, responsable des ventes Finstral pour la Belgique s’entretiennent avec les architectes de FELT. © François Falier
Beauté fonctionnelle.
Karel Verstraeten et Jasper Stevens ont fondé leur bureau FELT architecture & design, peu de temps après avoir reçu l’Interieur Award pour leur premier projet commun intitulé « Behind the Curtain » en 2014. © François Falier
Pragmatisme ou poésie ? Pourquoi choisir quand on peut avoir les deux !
Lisa de Visscher, rédactrice en chef du magazine d’architecture A+, en a discuté avec six bureaux d’architecture belges.
Éloge de la normalité.
Éloge de la normalité.
Éloge de la normalité.
Depuis quelques années, l’architecture belge se distingue par des bâtiments d’une simplicité géniale. Hasard ou parti pris ?
Modestie professionnelle.
Modestie professionnelle.
Comment pense, conçoit et construit le bureau d’architecture Dierendonckblancke architecten de Gand ? Réponse dans l’entretien avec Alexander Dierendonck et Isabelle Blancke.
Un dialogue avec le lieu.
Un dialogue avec le lieu.
Un dialogue avec le lieu.
Comment pensent, conçoivent et construisent les architectes du bureau URA de Bruxelles ? Réponse dans l’entretien avec Yves Malysse et Kiki Verbeeck.
La réalité rêvée.
La réalité rêvée.
Comment pensent conçoivent et construisent les architectes du bureau jan de vylder inge vinck de Bruxelles ? Réponse dans l’entretien avec Jan De Vylder et Inge Vinck.
De structure à sculpture.
De structure à sculpture.
Comment pensent conçoivent et construisent les architectes du bureau V+ architecture de Bruxelles ? Réponse dans l’entretien avec Aram Bihain et Thierry Decuypere.