Händlerlinks
Un dialogue avec le lieu.
Comment pensent, conçoivent et construisent les architectes du bureau URA de Bruxelles ? Réponse dans l’entretien avec Yves Malysse et Kiki Verbeeck.
Un dialogue avec le lieu.
« Nous aspirons constamment à nous renouveler et à faire évoluer notre architecture », confient Yves Malysse et Kiki Verbeeck du bureau bruxellois URA. Après des études d’architecture au Sint-Lucasinstituut de Gand, tous deux ont travaillé pour différents bureaux de renommée internationale tels que MVRDV et OMA à Rotterdam, ou uapS et Labfac à Paris. De retour en Belgique, ils s’associent à Joost Verstraete et fondent URA. « Notre bureau s’est formé de manière organique depuis nos années d’études », explique Kiki Verbeeck. « Nous étions insatiables et constamment absorbés par l’architecture. C’est donc tout naturellement que nous avons décidé de participer à un concours, concours que nous avons remporté ! Nous étions si jeunes à l’époque que c’était loin d’être évident. Mais grâce à cette opportunité, nous avons commencé à travailler sur d’autres projets publics et à développer notre bureau. »

Notre structure aussi a évolué avec le départ de Joost Verstraete en 2010. « Depuis ce changement, nous nous occupons peut-être encore plus intensément d’architecture. Et c’est certainement à partir de ce moment que l’élément sculptural s’est glissé dans notre travail. » J’en veux pour exemple le projet de construction de logements Het Wisselspoor qui est actuellement en cours de construction à Louvain. La haute constrcution en forme de ziggourat a fait l’objet d’une attention méticuleuse : non seulement elle répond en tout point au cahier des charges, mais elle permet aussi d’assurer un apport de lumière suffisant dans la cour intérieure, tout en représentant un point de référence dans le quartier. Le projet de l’auberge de jeunesse de Courtrai a été développé lui aussi à partir d’une forme sculpturale dans le but de créer un repère dans la ville. C’est cette impression de monumentalité que nous recherchions dans ces deux projets. « Mais à la base, il y avait la recherche d’une identité et non pas de quelque-chose de monumental tout court », explique Yves Malysse. « Nous n’utilisons jamais une forme juste pour sa forme. Le formalisme en soi ne nous intéresse pas. »

Le travail du bureau URA est donc aussi marqué par plusieurs projets publics à la dimension non seulement sculpturale, mais aussi clairement sociale. C’est le cas notamment du centre de rééducation pour enfants de Ninove, où le sentiment de sécurité et l’interaction sociale se trouvent – grâce à un énorme escalier servant de lieu de rencontre – littéralement au cœur du projet et de l’édifice. Ou bien encore du centre social d’Etterbeek : les travaux, qui viennent d’être achevés, consistaient en une série de petites interventions – une garderie, des logements sociaux, une ludothèque – qui ont considérablement amélioré la qualité de vie du quartier. Et avec les toits en acier plié de la gare routière de Bruges, URA transforme l’attente en plaisir. Rien d’étonnant donc que le bureau URA bénéficie d’une reconnaissance internationale. Leurs projets sont par ailleurs exposés sous forme de maquettes, films et sculptures au Bozar de Bruxelles.

URA – vous avez choisi ce nom en référence à « Ur », la première ville de l’histoire. Dans vos travaux, vous parlez aussi de « formes primordiales ». Pourquoi cela ?
Yves Malysse et Kiki Verbeeck: Le travail de l’architecte consiste pour nous à s’approprier le programme d’un projet et de le traduire en espaces. En même temps, notre ambition est de concevoir un corps de bâtiment à partir d’une « forme primordiale » et de l’insérer dans le contexte du projet. C’est un point auquel nous tenons énormément. Pour cela, nous procédons à une analyse critique du site et de ses environs. Le bâtiment que nous ajoutons doit apporter une valeur ajoutée et résister à l’usure du temps.

Quelle importance attribuez-vous à la façade dans vos projets ?
Le projet d’une façade suppose pour nous d’établir un dialogue avec le lieu, de raconter l’histoire de l’intérieur et de donner un petit avant-goût de ce qui se cache derrière. La façade du centre de soins résidentiels de Courtrai est probablement la plus complexe de tous nos projets. Cette complexité reflète la complexité du lieu : la typologie de l’ancien monastère, la densité du programme, l’échelle du quartier et celle de la ville. Nous voulions que tous ces facteurs se trouvent matérialisés dans la façade. Et les matériaux que nous utilisons ont été spécialement choisis pour donner une physionomie et un caractère au bâtiment. La dernière chose que nous voulons est qu’il s’en dégage une impression de neutralité. Comme nous le disions tout à l’heure, notre travail consiste à créer une identité, tant pour le bâtiment lui-même que pour l’environnement dans lequel il est inséré.
Un dialogue avec le lieu.
Centre d’hébergement et de soins St. Vincentius, Courtrai (2017, URA Architecten) La situation de départ ? Un parking et un vieil hôpital à transformer en maison de soins. Les atouts ? Un site compact situé à proximité du Béguinage de Courtrai inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. URA Architecten a exploité le potentiel et disposé les nouveaux bâtiments autour de deux cours intérieures, de manière à ce que chaque chambre donne sur un coin de verdure. © Filip Dujardin
Un dialogue avec le lieu.
Auberge de jeunesse, Courtrai (2015, URA Architecten en collaboration avec Snoeck Partners) La structure héritée d’une ancienne église et de son presbytère a été agrandie avec l’ajout d’un bâtiment monolithique contemporain et d’une nouvelle construction de taille similaire. Résultat : une auberge de jeunesse moderne de 2 370 mètres carrés de surface utile. © Filip Dujardin
Un dialogue avec le lieu.
Gare routière, Bruges (2017, URA Architecten) Six pavillons réalisés à partir de plaques massives en acier de couleur bleu clair : la nouvelle gare routière située juste devant le bâtiment classé Art déco de la gare ferroviaire change la physionomie de la place. La différence de hauteur des abris en acier plié donne l’impression d’un mouvement continu. © Filip Dujardin
Un dialogue avec le lieu.
Centre de rééducation pour enfants, Ninove (2013, URA) « Un bâtiment ouvert et transparent pour un programme dynamique (…). » C’est ainsi que les architectes d’URA décrivent le cabinet de rééducation. La façade néoclassique, classée monument historique, ne pouvait pas être modifiée, mais il est maintenant possible, depuis la rue, de voir à travers le bâtiment jusqu’au jardin intérieur. © Filip_Dujardin
Pragmatisme ou poésie ? Pourquoi choisir quand on peut avoir les deux !
Lisa de Visscher, rédactrice en chef du magazine d’architecture A+, en a discuté avec six bureaux d’architectes belges.
Éloge de la normalité.
Éloge de la normalité.
Éloge de la normalité.
Depuis quelques années, l’architecture belge se distingue par des bâtiments d’une simplicité géniale. Hasard ou parti pris ?
Modestie professionnelle.
Modestie professionnelle.
Comment pense, conçoit et construit le bureau d’architecture Dierendonckblancke architecten de Gand ? Réponse dans l’entretien avec Alexander Dierendonck et Isabelle Blancke.
Beauté fonctionnelle.
Beauté fonctionnelle.
Beauté fonctionnelle.
Comment pense, conçoit et construit le bureau d’architecture & design FELT de Gand ? Réponse dans l’entretien avec Jasper Stevens et Karel Verstraeten.
La réalité rêvée.
La réalité rêvée.
Comment pensent conçoivent et construisent les architectes du bureau jan de vylder inge vinck de Bruxelles ? Réponse dans l’entretien avec Jan De Vylder et Inge Vinck.
De structure à sculpture.
De structure à sculpture.
Comment pensent conçoivent et construisent les architectes du bureau V+ architecture de Bruxelles ? Réponse dans l’entretien avec Aram Bihain et Thierry Decuypere.