Un matériau à toute épreuve.
Imbattable. Joachim Oberrauch sur les avantages du PVC dans la fabrication des fenêtres.
Un matériau à toute épreuve.
Lorsque Finstral a commencé à fabriquer des fenêtres en chlorure de polyvinyle, l’entreprise faisait figure de pionnière en Europe. Aujourd’hui, cinquante ans plus tard, une fenêtre sur deux est fabriquée en PVC. Mais Finstral va encore plus loin et le fabricant italien revendique haut et fortsa spécificité sur le marché, à savoir un cœur PVC pour tous ses cadres de fenêtres. Anna Thaler a rencontré Joachim Oberrauch, directeur général de Finstral.

Interview: Anna Thaler

Chez Finstral, même les fenêtres en aluminium ou en bois présentent toujours un noyau en PVC. Pourquoi ?Joachim Oberrauch Le coeur de la fenêtre doit en garantir la fonction, à savoir protéger contre la chaleur, le froid, le bruit, l'humidité et les risques d'intrusions, tout en assurant un cadre esthétique et une pénétration optimale de la lumière dans la pièce. De tous les matériaux utilisés dans la fabrication des fenêtres, c’est le PVC qui affiche les meilleurs résultats. Étanche, solide et prodigieusement isolant, ce matériau est par ailleurs malléable et facile à usiner. C’est un aspect qui prend toute son importance lorsqu’il s’agit par exemple de souder des profils pour fabriquer des angles de châssis parfaitement étanches : seul le PVC permet d’arriver à ce résultat.

Comment expliquez-vous alors la préférence du public pour d’autres matériaux, comme le bois par exemple ?Le choix du matériau est dicté notamment par des critères esthétiques afin que la fenêtre corresponde au mieux au style de la maison. C’est donc très subjectif. Au final, c’est l’architecte ou le maître d’ouvrage qui décide. De notre côté, nous avons à cœur d'offrir un éventail de choix de matériaux le plus large possible, tout en maintenant la barre très haute du point de vue de la fonction, du confort et du design. Le client trouvera donc toujours chez nous la fenêtre dans le matériau de son choix, mais toujours avec un cœur en PVC. Contrairement à l’esthétique, la qualité n’est pas une question de goût.

Vous-êtes vous jamais montré sceptique par rapport au PVC ?Non, jamais. Le PVC rigide est un des matériaux de construction les plus résistants qui soient, ce qui le rend idéal pour assurer la fonction d’interface entre intérieur et extérieur de nos produits : au dehors, les fenêtres doivent résister à d’importants écarts de température et à des conditions climatiques parfois extrêmes, tandis qu’à l’intérieur la température de l’espace domestique reste toujours relativement stable et tempérée. Non seulement le PVC répond parfaitement à ce double défi, mais il est aussi un excellent isolant.

Et pourtant, l’emploi du PVC est souvent remis en cause. À l’instar du plastique qui s’accumule dans les océans, on considère le PVC comme un matériau polluant et même nocif pour l’environnement. Qu’en est-il de l’image du PVC aujourd’hui ?S’il y a une erreur à ne pas faire, c’est de confondre un PVC de haute qualité avec un vulgaire plastique. Le PVC est un matériau à la durée de vie très longue. On est donc très loin des articles jetables comme les emballages plastiques par exemple, qui posent effectivement un problème. Mais pour une fenêtre censée durer plusieurs décennies, la longévité du matériau est bien entendu un atout. Si nous voulons préserver efficacement les ressources de notre planète, nous devons jouer la carte de la qualité et non pas nous contenter de solutions de compromis à court terme. Après des décennies, le PVC en fin de vie peut être réutilisé pour fabriquer de nouveaux produits. Cela permet non seulement d’économiser des matières premières, mais aussi de réduire la facture énergétique du cycle de fabrication. Pour garantir des fenêtres 100% recyclables, nous formulons et fabriquons notre propre PVC selon un cahier des charges très exigeant. Et nos fenêtres sont fabriquées de manière à ce que les différents matériaux utilisés puissent être séparés et triés même après de longues années d’utilisation.

Est-il donc vrai que votre cycle de production ne génère pas de déchets PVC ?Tout à fait. Nos profilés sont fabriqués sans matières de remplissage ni produits isolants supplémentaires, ce qui signifie que nous n’utilisons pas de matériaux composites mais un PVC pur. Grâce à cela, nous pouvons valoriser toutes nos chutes de PVC qui, une fois broyées, serviront à fabriquer une nouvelle masse de PVC. Dans ce processus de recyclage, il n’y a aucune perte de qualité puisque le PVC est imputrescible. Nous ne les considérons donc pas comme des déchets, mais comme une matière précieuse à réutiliser. C’est l’avantage quand la conception, l’extrusion et l’usinage des profils sont assurés par une seule et même entreprise comme c’est le cas chez nous.
Un matériau à toute épreuve.
Une particule de PVC utilisée par Finstral pour fabriquer ses profils de fenêtre présente un diamètre de 0,3 millimètre. Finstral dispose toujours de 300 tonnes de granulats en stock.
Joachim Oberrauch, membre du conseil d’administration
Joachim Oberrauch, membre du conseil d’administration, responsable marketing et développement produits, et expert PVC chez Finstral.
Quels sont les critères de qualité d’un bon PVC ?
C’est un peu comme en cuisine : pour préparer un mélange PVC, on peut jouer sur la qualité des ingrédients et diluer plus ou moins la sauce. La qualité du produit final se mesure sur la base d’un certain nombre de critères importants tels que la résilience aux chocs, la tenue des couleurs et la résistance aux intempéries. Les formulations bon marché donnent un matériau qui finit par casser rapidement, ne résiste pas aux intempéries et blanchit au soleil. Contrairement à la plupart des fabricants de fenêtres qui font appel à des fournisseurs externes, notre PVC est fabriqué maison, conformément à nos exigences. Nous faisons ensuite vérifier la qualité de notre matériau par des organismes indépendants. Nous bénéficions ainsi du label RAL en Allemagne et de l’homologation du CSTB en France, où les critères sont différents. Dans ces deux cas, nous bénéficions toujours des meilleurs évaluations.

Travaillez-vous encore sur la formule de votre PVC ou estimez-vous avoir atteint la perfection ?Quand on pense avoir atteint la perfection, on se ferme à toute évolution. Nous sommes restés curieux et nous voulons explorer toutes les possibilités qui existent encore. Voilà pourquoi notre formule ne cesse d’évoluer. Sur un plan technique, c’est-à-dire du point de vue des propriétés mécaniques du matériau, mais aussi en ce qui concerne son aspect, et notamment la couleur et la finition.

Vous avez dit « couleur », « finition » ? Quand on parle de fenêtres en PVC, on pense généralement aux cadres blancs et lisses classiques...Le blanc reste effectivement en tête de nos ventes, mais presque toujours dans une texture veinée ou satinée. Nous proposons ces différentes surfaces depuis 1984 et à ce jour, nous sommes les seuls dans toute l’Europe. Pour ce faire, la texture du bois laqué ou la structure satinée est imprimée directement sur le profilé pendant le processus d’extrusion. Ce qui permet aussi de s’affranchir des striures typiques des profilés lisses en PVC. Le toucher est agréable, la surface plus dense et plus dure, avec moins de micropores susceptibles de retenir la poussière. L’aspect du cadre se trouve ainsi ennobli et son entretien facilité.

La couleur aussi permet de valoriser le cadre d'une fenêtre en PVC. Mais là encore, Finstral se distingue par une approche différente...Absolument. Nous observons cette tendance des cadres de fenêtres colorés d’un œil critique, surtout quand il s’agit de teintes imitant des finitions aluminium de couleur sombre. La solution bon marché consisterait à coller des films de couleur sur des profilés en PVC. Mais d'un point de vue fonctionnel, cela n’aurait pas de sens. Les surfaces en PVC de couleur foncée chauffent énormément au soleil. Or le PVC commence à ramollir autour de 80°C. La probabilité que des fenêtres en plastique gris anthracite se déforment et se décolorent irrémédiablement avec le temps est donc élevée. C’est pour cette raison que, malgré la mode, nous restons sur notre position : chez Finstral, les couleurs foncées ne sont proposées qu’avec un capotage en aluminium, seul capable de résister efficacement aux températures élevées. Nous n’utilisons pas non plus de films de couleur : susceptibles de s’abîmer au fil du temps, ils pourraient laisser réapparaître le blanc du profilé à la surface du cadre, ce que nous voulons éviter absolument. Pour des profilés de couleurs claires, nous préférons teinter notre PVC directement dans la masse avant de l’extruder. D’où l'intérêt là encore d’une formulation optimale, car pour des textures et des colorations parfaites, il faut un PVC de qualité.

Cela signifie-t-il que vous produisez aussi des profilés PVC aspect bois sans film ?Non, mais vous avez mis le doigt sur un point que je veux approfondir. Pour reproduire le grain du bois sur nos cadres de fenêtres, nous recourons également à des films en décor bois. Mais il s’agit exclusivement de films d’acrylate de première qualité. Ces derniers ne sont pas tout simplement appliqués sur la surface, mais thermo-soudés avec le profilé avant la texturisation de la surface. Enfin, les profilés et les jointures ne restent pas blancs mais sont colorés dans la masse dans la teinte la plus proche. Au final, ce sont tous ces détails qui font la différence.

Au départ, Finstral achetait des profilés finis. Quand l’entreprise a-t-elle décidé de les produire elle-même ?En fait, dès le début des années 70, nous avons commencé à dessiner nos propres profils que nous faisions par la suite extruder selon notre cahier des charges. Puis notre fournisseur s’est trouvé dans une situation financière difficile. C’est à ce moment que nous avons dû prendre une décision : chercher un nouveau partenaire commercial ou internaliser la production. Nous avons fait le choix de l’autonomie et depuis 1980, nous faisons tout nous-même, des granulats de PVC à la fenêtre finie. C’est un choix que nous n’avons jamais regretté dans la mesure où il nous permet d’avoir toujours une longueur d’avance et d’innover en toute indépendance.

Le noyau central et fonctionnel de la fenêtre est pratiquement invisible. À votre avis, le PVC a-t-il un avenir en architecture en tant que matériau apparent ?Le PVC a son propre langage de formes, le matériau en soi est très agréable et polyvalent. Avec notre matériau de recyclage ForRes, fabriqué à partir de chutes de PVC et de balles de riz, nous avons même réussi à créer un matériau à l’aspect naturellement poreux et avec un côté presque vintage. C’est précisément cette polyvalence qui rend le PVC si intéressant pour les architectes et les maîtres d’ouvrage. Chaque maison a son style et son caractère, exactement comme les gens qui l’ont dessinée. Dans ce contexte, notre PVC offre donc une infinité de solutions.

Comment le rôle du PVC va-t-il évoluer dans la fabrication des fenêtres ? Quels scénarios d’applications prévoyez-vous ?La tendance est à l’affinement des cadres de fenêtres au profit de la lumière. Le PVC permet précisément de fabriquer des cadres fins qui savent se faire oublier, tout en offrant de grandes baies vitrées. Cela est possible grâce à une technologie de collage moderne qui permet de faire adhérer le vitrage isolant à l’ouvrant. Par ailleurs, comparé à tous les autres matériaux, le PVC est imbattable en termes de capacité d’isolation. Je pense donc que le PVC, grâce à ses gros atouts fonctionnels et à l’ensemble des possibilités esthétiques qu’il peut offrir, continuera de jouer un rôle important dans la fabrication des fenêtres.
Vous souhaitez en savoir plus ?
Informations supplémentaires à découvrir ici.
L’art de combiner.
L’art de combiner.
50 ans d'histoire autour d’une table. Un entretien sur l’esprit d’innovation et l’avenir de la fenêtre.